Favoriser et mettre en place une nouvelle éthique (honnêteté intellectuelle et respect des personnes, notamment) dans les déclarations des politiques et les commentaires des journalistes.

En priorité 1 : négocier avec les représentants accrédités des journalistes de nouvelles règles de déontologie incluant certaines limites à la liberté de dire « n’importe quoi sur n’importe qui » et une objectivité rigoureuse dans les affirmations ( La « liberté de la presse » ne se justifie qu’à ces conditions et les subsides octroyés par l’argent public doivent y être conditionnés).

En priorité 2 : négocier entre partis des règles de déontologie empêchant le manque d’objectivité et de respect des personnes dans les critiques (en particulier lorsqu’on est dans l’opposition.)

C’est seulement à ce prix qu’on peut espérer restaurer une meilleure image du monde politique dans la population et la possibilité pour les responsables politiques de prendre les décisions utiles ou nécessaires sans populisme ou démagogie.